Chantages et menaces à Martin Nguélé: Gilbert Baongla et Cie démasqués

Quand la tristesse, l’imposture et l’esbroufe les disputes à l’indignation et la honte, la rage et le mensonge deviennent alors des armes de destructions massives des personnes aux attitudes prostitutionnelles et aux abois.

Les réseaux sociaux et certaines radios de proximités sont pris d’assaut depuis un certain temps par des désœuvrés, des calomniateurs, les haineux, les jaloux aigris, les pourfendeurs et autres agents de sabotage avec pour seul et unique objectif, le dénigrement systématique des rares personnes dotés d’une rectitude de probité ne souffrant d’aucune contestation, de surcroît jouissant encore de la confiance sans faille de notre prééminence institutionnelle et diplomatique : le Président Paul BIYA.

LIRE AUSSI: ‘Des camerounais se sacrifient pour Biya qui n’a plus 15 ans à faire sur terre’
Le mal étant la chose la mieux partagé entre ceux qui sont habités par la mesquinerie, l’imposture, l’esbroufe et même l’hypocrisie. Depuis lors, des renégats et d’autre rébus, déçus et aigris de la société du fait de leur comportement équivoque, des personnes sans scrupules en mal de sensation trainant des chapelets de casseroles et autres infractions diverses sur le plan pénal n’ayant plus rien à perdre, sont engagés comme tireurs à gage sur des personnalités de la république encore du fait de leurs lucidités puisque servant la nation avec honnêteté et équité.

Le Délégué Général à la Sûreté Nationale, Martin Mbarga Nguelé, 86 années bien sonnées est une cible de choix pour ce repris de justice passé maitre dans l’art de faire chanter et qui s’est auto proclamé « fils du Chef de l’Etat ». Quel crédit accorderiez-vous à un repris de justice condamné pour escroquerie et abus de confiance aggravé, diffamation et outrage, propagateur de fausses nouvelles ayant séjourné à la Prison Central de Nkondengui pour une infraction simple des droits communs relevant d’une arnaque d’une somme de moins d’un million de Francs CFA ? Expulsé manu militari à Tsinga pour filouterie de loyer et enfin une caisse de propagation de fausses nouvelles et de chantages confondus à une radio et fermée à vie par l’actuel Ministre de la Communication.

Un fils du Chef de l’Etat du Cameroun expulsé de son logement au Cameroun…

Le fils du Chef de l’Etat du Cameroun placé sous mandat de détention provisoire toujours au Cameroun pour une infraction de droit commun

Un fils du Chef de l’Etat qui n’a jamais été à la Présidence voir son géniteur et encore moins invité à une quelconque manifestation officielle ou familiale ?

Vos observations et autres appréciations au regard de toutes ces questions posées sur cet individu contribueraient à l’édification de l’opinion public si ce n’est la pur sorcellerie, qu’est-ce c’est ?

L’un de ses mentors et affidés, ancien soldat à la Marine Camerounaise, déserteur et reconverti dans les affaires et notamment la foresterie avant de faire faillite malgré les nombreux avantages en terme de logistiques et de finances à cause de son handicap et inconfort intellectuel avérés digne d’un analphabète primaire, et qui bat campagne actuellement dans l’espoir d’être réélus Député dans sa circonscription de son Sud Natal.

C’est cet ancien bidasse qui tentera d’user du trafic d’influence en essayant de dissuader de DGSN actuel avec une liste de 1 500 noms à faire incorporer de manière frauduleuse dans les listes des admis du récent concours de la police Camerounaise avec son dytirambisme habituel : « c’est la liste du Palais ». Entre temps et pour les besoins de cagnotte pour sa campagne, chaque postulant aurait déboursé pas moins d’un million de francs… en faisant vous-même les calculs, et sans accord préalable de la plus haute autorité de la République, vous comprendrez pourquoi Martin Mbarga Nguelé est voué aux hégémonies et fait désormais l’objet d’un molestage médiatique à nul autre pareil.

A cette guéguerre, s’est greffé un policier, ancien Directeur des Opérations et de Sécurité Aérienne à Camair-co remis à son administration d’origine pour insubordination, malversation financière puisque percevant deux salaires bien qu’en détachement et son imposture sur ses pseudo-liens avec la famille Présidentielle du fait simple de son appartenance à l’Arrondissement de Meyomessala et deviendra par le hasard et le concours circonstance de facto lui aussi neveu du Chef de l’Etat. Enquête faite le PR ne le connait pas.

La condamnation à mort du DGSN Martin Mbarga Nguelé est la cerise sur le gâteau est le refus du détachement d’un Commissaire à la Présidence de la République pour moralité douteuse. Il est à préciser que ce Commissaire de Police, repris de justice pour pratique et établissement de faux titres de voyage voit son affaire encore pendante en justice puisque étant incarcéré avec 05 autres personnes du service de sport où il officiait. D’ailleurs ils comparaitront encore à la prochaine audience ce 06 juin 2018. Comment voulez –vous accepter à l’heure où le Chef de l’Etat est engagé dans une lutte d’assainissement des finances publiques que Monsieur le DGSN envoi à ses côtés un personnage peu recommandable.

Le DGSN a 60 ans d’administration non-stop, homme pétri d’expérience, patron des renseignements en charge des nombreuses enquêtes de moralité et ne saurais se permettre une incongruité pareille.

Et comme qui peut le plus peut le moins, celui qui veut l’employer peut prendre un acte de nomination directement auprès du PR et le titulariser à ses côtés. Connaissant son cadet, la méfiance est de mise. Allez donc savoir.

Dans aucun pays au monde, le patron des renseignements ne saurait être vilipendé de la sorte. Raison pour lesquelles, nous, Fonctionnaires de la Police ne sauraient tolérer ces manquements et autres écarts de comportements vicieux visant à ternir l’image de notre Chef de Corps.

A titre de rappel, Martin Mbarga Nguelé est un travailleur infatigable qui a su redorer le blason de la Police et ramener la confiance des populations. Les constructions des hôtels de police disséminés dans l’étendue du territoire, le renouvellement du matériel roulant pour la mobilité des forces de Police, les tenues et autres équipements des mêmes fonctionnaires de Police sans oublier le renouvellement des effectifs pour une meilleure Police de proximité, gage de sûreté et de sécurité des populations le tout dans leurs missions régaliennes.

LIRE AUSSI: Massacre des jeunes de Menka: le Colonel Didier Badjeck relate les faits

Nous ne saurons-nous attarder sur les préjugés et autres anathèmes de mauvais aloi allant même jusqu’à porter atteinte à la vie privé de ce patriarche. Des inepties discordantes et peu digérable de son épouse Philomène. Celle-là même qui veille avec parcimonie quant sur sa santé que son hygiène de vie du haut de ses 86 ans entretenant avec fierté sa forme jusqu’à ce jour par une marche sportive et quotidienne de 3 km.

Un peu de respect pour maman Philomène, épouse Mbarga NGuelé, mère de ses 06 enfants et surtout du valeureux Officier de Police Nguelé Mbarga Jeannot Serge qui a bel et bien suivi sa formation tant à l’Ecole Nationale Supérieure de Police qu’au CIAP de Muntenguené sans absence ni retard à plein temps. Les Commandant de ces deux Centre de Formation peuvent le confirmer. La femme est la matrice procréative et génératrice de l’humanité. Fort de ce soutien d’une grande dame derrière un grand homme que les faits d’arme du DGSN sont élogieux et perceptibles aujourd’hui par tous les citoyens Camerounais.

Hier encore, la même cabale était orientée vers le Commissaire de Police Onyong Onyong Maurice qui vous a démontré son engagement et sa loyauté à servir les institutions comme l’avait témoigné le passage des troupes motorisées de la Police lors du récent défilé du 20 Mai. L’homme c’est les actes.

Enfin, le DGSN est le plus vieux policier du Cameroun. Agé de 86 ans, il occupe cette fonction pour la seconde fois sans oublier les évènements du 06 avril 1984 où pour la patrie, il perdit son fils. Vous semblez l’avoir oublié. La pertinence et l’efficacité des actions de ce digne fils du Nyong et So’o, Arrondissement de Metet font de lui à ce jour, l’un des fidèles du dernier carré sur qui le Président de la République peut encore compter et faire confiance.
LIRE AUSSI: Massacre des jeunes de Menka: le Colonel Didier Badjeck relate les faits

Malgré votre tintamarre insipide de bas échelle, Monsieur le Délégué Général à la Sûreté Nationale avance et fait avancer la Police Camerounaise selon les prescriptions du Chef de l’Etat pour le contrat de confiance qu’il représente la plate-forme de fiabilité réciproque entre la population et la Police, en vue de préserver la paix sociale et, favoriser le vivre ensemble pour un Cameroun stable et prospère. Longue vie à vous patriarche Mbarga Nguelé, aux grands hommes la patrie reconnaissante.

Advertisements

Leave a Reply