Violences et massacres des éléments du BIR: témoignages des victimes relayés

1Des exactions en zones anglophones sont récurrentes’, note l’Association Camerounaise pour la Défense des Droits De l’Homme des Libertés et du Bien être.

D’après l’association, “la guerre qui sévie dans la zone anglophone, plusieurs organisations de la société civile et les organisations de Défense des Droits de l’Homme ont toujours dénoncé les tortures de l’armée camerounaise en zone anglophone. Des tortures touchant même à des innocents qui ne sont ni de près, ni de loin liés à cette guerre qui n’a que trop durée. ”

LIRE AUSSI: Nouvelles confidences de la ‘revenante de Mbanga’ qui parle de son kidnapping

Mais l’armée a toujours réfuté ces interpellations. L’on se souvient du dernier rapport de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés (CNDHL) qui a tenu sa 24è session ordinaire le 8 mai 2018 au Palais des Congrès de Yaoundé. La CNDHL avait une fois encore épinglé le pouvoir de Yaoundé sur ces agissements qui font fuir les populations.

Advertisements

Leave a Reply